Ecrivain, homme public, mais aussi homme d’affaires et vigneron, le philosophe Charles de Montesquieu vécut à La Brède où il fit prospérer ses biens et ses vignes. Premier ambassadeur des vins de Graves, il contribua au rayonnement du vignoble bordelais en France et en Angleterre.

Au début du 18è siècle la propriété appartient au père de l’écrivain. Après plusieurs changements de propriétaires son descendant Gaston de Montesquieu acquiert le domaine et lui donne une nouvelle identité, celle que nous connaissons aujourd’hui.


Le domaine de Milleyres est attesté en 1703 comme dépendant en fief de Jacques Secondat de Montesquieu, le père du philosophe. Acquis en 1756 par un négociant bordelais, ce domaine de 23 hectares est alors composé d’une maison de maître à étage, avec cour et jardin, d’une grange, d’un chai et d’un cuvier, ainsi que de terres labourables, vignes, prés et bois qui entourent les bâtiments.

Endetté, le propriétaire est contraint en 1793 de céder son bien à un négociant des Chartrons. Ses filles en héritent puis le vendent en 1837. Le nouvel acquéreur prend la tête du domaine jusqu’à sa cession en 1867 à Gaston de Montesquieu et Mathilde de Courtaurel du Rouzat, son épouse. Gaston de Montesquieu, descendant de la branche cadette de l’écrivain, acquiert cette propriété pour se rapprocher de son frère Charles qui, descendant de la branche aînée, réside au château de La Brède.

Gaston de Montesquieu renomme le domaine du nom de Faugeyres, qui deviendra plus tard Fougères, faisant ainsi référence à un château médiéval qui se situait auparavant à une centaine de mètres de la bâtisse du domaine. Il agrandit considérablement le logis au fronton principal où figurent depuis les armes des familles de Montesquieu et de Courtaurel de Rouzat. Il fait du logis un lieu de rendez-vous de chasse comme en témoignent les ornements extérieurs de la chartreuse. Il réforme également le vignoble sur une superficie de 27 hectares, avec des cépages de malbec, merlot, cabernet sauvignon et cabernet blanc. La superficie des Fougères atteint alors 80 hectares.

La première preuve d’une production vinicole sur la propriété date de 1874 au bénéfice de Gaston de Montesquieu qui déclare cette année-là aux Fougères 40 tonneaux de vin rouge et 20 tonneaux de vin blanc. En 1881 la production est de 80 tonneaux de vin rouge et 20 tonneaux de vin blanc. En 1908, Henri de Montesquieu, fils de Gaston, prend la tête du domaine. La production est alors limitée à 35 tonneaux de vin rouge et 5 tonneaux de vin blanc. En 1949, la baronne de Montesquieu Marie Kappelhof-Lançon, veuve de Charles de Montesquieu (fils d’Henri de Montesquieu) produit 10 tonneaux de vin rouge et autant de vin blanc. En 1986, le baron Henry de Montesquieu, arrière petit-fils de Gaston, relance la culture de la vigne sur la propriété, renouant ainsi avec la passion de son illustre ancêtre.

En 2010, Dominique Coutière originaire du département voisin des Landes acquiert la propriété qui compte 14 hectares de vigne : 10,5 hectares plantés en merlot et cabernet sauvignon, et 3,5 hectares plantés en sémillon et sauvignon. La production est de 450 hl par an (50 tonneaux). Aujourd’hui la demeure témoigne du savoir-faire artisanal et architectural de la fin du 19è siècle, et la vigne atteint sa maturité. Les installations vinicoles sont sans cesse améliorées afin de produire un vin fidèle à son terroir et à son histoire.